Et voilà, c’est parti !

Et voilà, c’est parti !

On s’y attendait, on l’espérait, mais le non-suspense a été levé mardi 20 avril quand Alain Rousset, devant une assemblée de jeunes Néo-Aquitains, a dit – plus ému qu’il n’aurait voulu, connaissant sa pudeur – « je repars » …

Pour cette annonce de candidature, le lieu n’était pas « classique » et peu « institutionnel » comme il l’a dit lui-même. Une entreprise privée, hébergeur de start-up. Difficile de s’en étonner, connaissant l’engagement d’Alain Rousset aux côtés des entrepreneurs.

C’est vrai qu’à 70 ans, comme il l’a souligné, après 23 ans dévoués à la Région Aquitaine, puis Nouvelle-Aquitaine et un bilan reconnu par tous, Alain Rousset aurait pu choisir l’art d’être grand-père ou de cultiver son jardin. Mais justement, c’est bien cette passion du jardinage qui l’a guidé dans sa décision de se représenter : un Président jardinier en quelque sorte ; celui qui sème, qui surveille la croissance, qui protège, et qui recueille la récolte pour la répartir et en faire éclore d’autres.

Pourquoi donc briguer un nouveau mandat ?  La passion d’agir donc mais aussi la volonté de mettre toute l’expérience accumulée et le savoir-faire qui en résulte au service d’une région qu’il aime tant. Pour Alain Rousset, être Président de Région, c’est un métier dans le sens où pour anticiper, concevoir, innover, arbitrer, et faire avancer. Il faut connaître les dossiers, connaître leurs acteurs, avoir gagné leur confiance en les écoutant et en leur apportant les bonnes solutions. Cela ne s’improvise pas. C’est un acquis du travail de chaque jour, une science exacte du terrain, de ses spécificités, de ses contraintes.

Et là, Alain Rousset est imbattable car c’est un bosseur, un vrai, et un laboureur infatigable de ce territoire néo-aquitain, le plus grand de France avec ses douze départements, sa superficie équivalente à l’Autriche. Un jour à Niort, le lendemain à Pau après une halte à Agen, Alain Rousset trace le sillon d’une région dont il a fait une des plus performantes de France en termes de création d’emplois et d’entreprises.    

Des projets, il en a des tonnes et d’abord consolider ceux qu’il a semé : pour n’en citer que quelques-uns : le campus dédié à la neuroscience à Bordeaux, le programme « usine du futur », Néo Terra, la feuille de route pour accélérer la transition écologique et énergétique, son bébé, qui a d’ores et déjà permis de réorienter l’ensemble des politiques régionales à l’aune de la lutte contre le réchauffement climatique.

Consolider aussi l’identité et le bien vivre ensemble de cette Nouvelle-Aquitaine née il y a 5 ans de la fusion des 3 anciennes régions administratives du Limousin, Poitou-Charentes et Aquitaine. Ce n’était pas évident ! Chaque territoire, urbain ou rural, montagnard ou maritime, industriel ou agricole, avait la crainte de perdre sa spécificité, ses diversités. Alain Rousset les a respectés et a réussi à les rassembler en développant chez chacun le meilleur pour en apporter le bénéfice à tous. Résultat : une dynamique vertueuse, une attractivité décuplée, une solidarité territoriale grâce à la mise en valeur des potentialités et des complémentarités.

Mais en ce jour de déclaration de candidature, au-delà de l’envie, de la passion, de la satisfaction devant le travail accompli, il y a les projets …. Ces projets, il les évoque avec gourmandise et avec audace. Audace de faire le pari constant de l’innovation et de l’anticipation. 

Les jeunes témoins de cette déclaration de candidature ne s’y trompent pas. Pour eux, Alain Rousset représente l’expérience, la compétence au service de l’innovation pour permettre à chacun quel que soit son origine, son parcours, de trouver sa juste place dans son environnement régional.  Comme l’a dit Bixente de façon touchante à propos de l’âge du président « la jeunesse, ce n’est pas une question d’âge, c’est une question d’idées » et Bixente de poursuivre sur les qualités d’écoute et de compréhension du Président qui vont de pair avec sa jeunesse d’esprit. Un témoignage personnel sur l’importance qu’attache aussi Alain Rousset à l’égalité des chances, sans doute fondé sur son vécu de provincial issu d’une famille d’ouvrier confronté à l’élitisme du parisianisme germanopratin.

Comme le dit Bixente « la montagne à Paris, c’est la montagne sainte-Geneviève » un quartier du 6ème arrondissement ! Et il ajoute à propos d’Alain Rousset « nous, on s’est compris ».

C’est aussi ce qu’a dit Wiame à propos de l’accompagnement et de la proximité dont a bénéficié son entreprise de l’économie sociale et solidaire, L’Atelier Remunénage.

Même son de cloche chez Rémi, acteur de la promotion de la transition écologique. Ou encore chez Martin, un acteur de la culture basé à Nexon, victime comme tant d’autres de la crise sanitaire…

Bref, entre ces jeunes Néo-Aquitains et Alain Rousset, il y avait connexion haut débit avec respect mutuel, amour partagé du territoire et ambition commune pour l’avenir.

L’avenir justement, ce sont les projets pour la prochaine mandature et les transitions qu’Alain Rousset veut réussir : écologique et énergétique, économique et industrielle, numérique, territoriale, générationnelle, en plaçant au centre de tout, la dimension humaine et la préservation du mode de vie néo-aquitain.  

Secured By miniOrange